Dans Voyages

Nicoya

Le Costa Rica a beau être un petit pays, je vous dis pas la galère pour bien choisir et définir son itinéraire ! Car 2 semaines, ça ne laisse malheureusement pas beaucoup de temps pour découvrir l’intégralité de ce merveilleux pays. Il a donc fallu que nous fassions des choix cornéliens, notamment entre l’océan Pacifique qui borde l’ouest du pays et la mer des Caraïbes côté est. Le « peu » d’activités et le temps plutôt « mauvais » en cette saison de ce côté du pays nous ont donc convaincu de privilégier la côte Pacifique.

A la base, nous souhaitions explorer cette côte depuis le nord de la péninsule de Nicoya jusqu’à la ville de Quepos, sur le continent, afin de profiter du parc national Manuel Antonio lors de nos derniers jours sur place. Mais il s’est avéré que nous nous sentions tellement bien dans les petits pueblos de la péninsule que nous avons finalement décidé d’y rester jusqu’à la fin de notre séjour.

Les routes, très difficilement praticables dans le coin, rendent le voyage rigolo, un peu tape-cul par endroits mais surtout très très long : comptez parfois 5 heures pour parcourir seulement 200 kilomètres ! Nous avons donc, au fur et à mesure de notre trip, changé plusieurs fois nos plans. Plutôt que de faire des sauts de puce d’un ou deux jours dans les villages qui bordent la côte de la péninsule comme nous l’avions initialement voulu, nous avons posé nos valises un peu plus longtemps que prévu là où nous nous sentions bien.

Nous avons tout d’abord fait un passage éclair à Tamarindo, une petite station balnéaire très touristique du nord de la péninsule. Outre la joie d’y voir l’océan, on s’est vite sentis à l’étroit dans cette petite bourgade bourrée d’américains, où tout est concentré sur le littoral et sans grand intérêt ! Ajoutez à cela un hôtel plus que moyen et vous obtiendrez une Anna en dépression en moins de 2h ! Il faut dire qu’après les forêts tropicales, les températures agréables et le calme de la région du volcan Arenal, nous avons eu comme un choc : 42 degrés à l’ombre, une végétation complètement brûlée par le soleil (pas très jo-jo en somme) et des touristes PARTOUT. Le cadre était tout de suite moins idyllique…

Après deux jours de fare niente, nous avons donc fait cap sur le sud de la péninsule pour rejoindre la région des playas Hermosa, Santa Teresa, Carmen, Mal Pais et Montezuma. Et là, gros coup de coeur pour ces immenses plages quasi-vides et ces petits villages mignons et accueillants. Là-bas, le littoral est préservé et les hôtels, même s’ils ne sont pas moins nombreux, se font beaucoup plus discrets. Certes, les touristes et les expatriés y sont également très présents, mais ils sont plus « roots » et se fondent parfaitement dans le décor.

La route, goudronnée depuis peu à Santa Teresa uniquement, limite sans doute l’afflux des cars entiers de touristes et la vie très orientée surf, yoga et food organique apporte au coin une touche coolos sans pareil. Bref, on est bien tintin !

Quoi faire, quoi voir ?

Vous l’aurez compris, la côte Pacifique du Costa Rica est idéale si vous surfez ou souhaitez apprendre ! Dans le sud de la péninsule, pour les plus avertis, playa Santa Teresa est un bon spot ; les débutants seront quant à eux plus à l’aise à playa Carmen.

Le parc national du Cabo Blanco débute à la « sortie » du village de pêcheurs de Mal Pais. En sautant quelques barrières, vous éviterez ainsi de faire un détour pour rejoindre l’entrée officielle du parc, située tout à l’est, ainsi que de « dépenser » les quelques dollars exigés à l’entrée. La balade qui longe la côte est agréable et facile, avec un peu de chance vous pourrez même apercevoir quelques animaux sympas.

N’hésitez pas à prendre votre voiture pour longer la côte et vous arrêter où vous en avez envie pour des balades en pleine nature ou sur la plage (évitez vraiment de sortir entre midi et 16 heures), découvrir les petits villages que vous traverserez et déguster des plats typiques dans les fameux « sodas » du bord de route.

Le soir, rendez-vous sur la plage pour admirer des couchers de soleil à couper le souffle, les plus beaux que j’ai eu la chance de voir dans ma vie avec ceux de Bali.

Et puis, profitez de cette ambiance un peu bohème pour vous reposer, lire, rire, vous reposer, lire, rire. Bref, en mot, VIVRE !

Où dormir ?

La péninsule de Nicoya est grande donc libre à vous de poser vos valises où vous en aurez envie. Mais si vous passez par Santa Teresa, je vous conseille fortement de vous arrêter chez Mélanie et Fred, deux français expatriés depuis plusieurs années et propriétaires du petit hotel, mais non moins charmant, Meli Melo. Situé à quelques dizaines de mètres de la plage, vous apprécierez la sympathie des propriétaires, la propreté des chambres, la cuisine partagée et la patience de Fred lors de ses cours de surf.

Où manger ?

Incroyable mais vrai, nous avons eu la chance de manger dans le meilleur restaurant japonais du pays, si ce n’est du monde ! Pour la petite histoire, le propriétaire des lieux est un maitre sushi (c’est comme ça qu’on dit ?) japonais. Fana de surf, il a quitté son pays natal pour s’installer à Santa Teresa afin de profiter toute l’année de ses plages et de ses vagues. En parallèle, et sans doute pour subvenir un peu à ses besoins, le monsieur a ouvert un restaurant japonais. Une tuerie qui, pour en moyenne 40 dollars à deux (ce qui est déjà pas mal pour le coin mais rien du tout comparativement à la qualité de la nourriture présentée), ravira à jamais vos papilles ! Expérience à faire impérativement si vous passez dans le coin, croyez-moi ! Vous trouverez le restaurant Koji’s perdu sur la route entre Santa Teresa et Playa Hermosa.

Pour un mélange de saveurs européennes et ticas, rendez-vous au Burger Rancho dans le « centre » de Santa Teresa. Ce restaurant n’a rien d’extraordinaire (comme la plupart des tables du Costa Rica d’ailleurs – enfin in my opinion), mais la salade de thon et avocat est un pur délice et vaut vraiment le détour. Sérieux les gars, je n’ai jamais mangé un poisson aussi bon et aussi bien cuit !

Il y aurait encore tant à dire sur le Costa Rica… Ce voyage ne peut décemment pas se résumer en quelques articles et quelques photos. Si vous en avez l’occasion, je vous conseille vraiment d’y partir quelques semaines. C’est un des plus beaux voyages que j’ai eu la chance de faire et j’espère vraiment pouvoir y retourner prochainement pour voir tout ce que je n’ai pas eu le temps de visiter. J’espère vous avoir donné un peu envie de découvrir ce pays au travers de ces quelques articles…

Sur ces merveilleux souvenirs, je retourne travailler. C’est pas tout ça, MAIS FAUT PAYER LES BILLETS D’AVION POUR CET ETE HEIN !

Share Tweet Pin It +1

You may also like

Gap ou pas gap ?

Posted on 23 avril 2014

Le volcan Arenal

Posted on 11 avril 2014

En route pour Arenal

Posted on 8 avril 2014

Previous PostRockabilly
Next PostOff to London

7 commentaires

  1. deltreylicious
    5 années ago

    Très jolies photos!
    Deltreylicious
    http://blackbeauty-mode-tendance.eklablog.com

    Reply
  2. Amy
    5 années ago

    Merci pour la balade en tout cas, ça fait rêver, et ça donne envie d’économiser aussi !

    Reply
  3. liferunaway
    5 années ago

    Whaw belle idée de destination pour mon prochain voyage… tu m’as donné envie dde sushis en plus!

    Reply
  4. Pretty Little Things of Cha
    5 années ago

    Wahouu, je viens de découvrir ton blog par hasard et j’adore !! Merci de nous faire voyager avec ton dernier article !

    Bonne continuation !

    http://prettylittlethingsof.blogspot.fr/

    Reply
  5. Camille
    5 années ago

    J’ai très envie de partir tout de suite.

    Reply
  6. Anna
    5 années ago

    deltreylicious : merci beaucoup

    Amy : oui, il vaut mieux car c’est vrai que si tu veux un peu te faire plaisir, mmême là-bas, il faut avoir un petit budget

    liferunaway : mon plus beau voyage, donc fonce !

    Pretty Little Things of Cha : bienvenue et au plaisir de te lire souvent

    Camille : fonce bichette, tu aimeras tant !

    Reply
  7. Laroche
    4 années ago

    Merci pour votre blogue. Nous voulons aller en février au Costa Rica mais les en droits sont si nombreux qu’il est difficile de choisir. Mais votre descriptif est aidant. Merci from Québec city. Nicole

    Reply

Laisser un commentaire