Dans Lifestyle

Tu es forte

« Je ne me fais pas de souci pour toi, tu es forte ! »

C’est bien beau les gars tout ça, mais ça veut dire quoi être forte finalement ? (à part avoir des gros muscles j’entends, ce dont je manque cruellement) (je n’arrive même pas à pousser la porte de mon hall d’immeuble, c’est dire à quel point je suis faite en pâte à modeler)

Ça veut dire quoi, donc ? Aller de l’avant ? Ne pas se plaindre ? Gérer son stress ? Savoir apprendre de ses erreurs ? Se relever après un échec ? Relativiser ?

Ok. Ça fait donc 20 ans que je vis comme ça. Plus jeune, j’étais plus dure, plus exigeante, intransigeante même. J’étais fière de cela, de cette « force » de caractère qui permet de se détacher de tout, de balayer la souffrance d’un revers de la main et de se relever rapidement. Avec le temps, j’ai appris avec être plus souple, plus tolérante et à lâcher prise. Je suis encore plus fière de ça, car ma vie est devenue simple, je dirais même plus saine.

Mais si « être forte » n’était en réalité qu’une façade ? Un masque que l’on porte pour ne pas montrer aux autres nos faiblesses. Un costume que l’on met pour se sentir plus à l’aise. Un mensonge qu’on se raconte à soi-même pour ne pas sombrer. Voilà. Ma force à moi, elle est là en fait : j’excelle dans l’art de cacher, d’enfouir, de dissimuler, d’oublier.

Sauf que depuis quelques mois, j’ai perdu mon masque et mon costume est devenu trop petit. Alors je n’arrive plus à me voiler la face et je prends en pleine gueule une multitude de petites choses enfouies, qui sont devenues avec le temps des rouleaux compresseurs et des avalanches de questions. Je croyais que j’avais réussi à surmonter ce putain de sentiment d’abandon et ce satané besoin de reconnaissance, mais que nenni, les revoilà, plus puissants encore que lorsque j’étais ado, ravageurs et dévastateurs. Ils sont en train de me piétiner à l’intérieur, de faire de mon cœur un endroit triste, morose et nostalgique. J’essaie de me ressaisir pour au moins comprendre ce qu’il m’arrive, mais impossible d’identifier le coupable de ce vague à l’âme. Alors, je n’arrête pas de penser à ce qu’est ma vie aujourd’hui et au constat désolant que peu de choses me satisfont…

Je sais que je m’en sortirai. Il parait que je suis forte. Mais pour ça, il faut que je trouve un nouveau masque. Et il est dur à trouver…

Share Tweet Pin It +1
Previous PostLa haine
Next PostLe pouvoir des fringues

13 commentaires

  1. Marianne
    9 années ago

    Je vois tellement bien ce que tu veux dire.
    Il n’y a pas si longtemps encore, j’étais une fille stressée mais sachant garder son calme, mes émotions m’envahissaient de l’intérieur, mais j’arrivais à faire abstraction, et surtout à donner le change, à laisser certaines choses de côté dans ma tête. Je crois que pour moi c’était ça être forte.
    Depuis, je suis rentrée d’un semestre à l’étranger, je me suis pris en pleine face tous les petits soucis, les coups de stress (plus le diplôme, l’entrée dans la vie active, etc …), je me laisse aller à plus de nostalgie, je ne peux pas m’empêcher de penser aux soucis, et je me demande où a bien pu passer mon costume, est-ce que je l’ai laissé quelque part.
    Je ne sais pas si c’est être moins forte, plus sensible, à fleur de peau, ou si c’est le chemin vers plus de force.

    Et en même temps les gens sans émotions, sans failles ne me touchent toujours pas.

    Alors ok, on se sent un peu à poil là sans nos costumes, ça risque de prendre un peu de temps, mais notre prochain costume il va être au top, super confortable et tout et tout, j’en suis sûre :)

    Bisous et sourire d’une fille démasquée ! ;)

    Reply
  2. Dabbeliou
    9 années ago

    L’hiver sinistre, le temps qui passe vite, la dureté des gens envers les autres, je comprends que tu ais ce genre de questions. Tu as peut être une âme de perfectionniste du coup les déceptions peuvent survenir plus facilement.

    C’est facile de tomber dans ce genre de raisonnement à la trentaine, c’est un cap, on se pose les questions à savoir ce qui devrait être accompli et qu’on n’a pas encore fait.

    On nous montre tellement de choses parfaites que l’on peut vite se poser des questions si on n’y arrive pas.

    Tu es une chouette nana, tu es mignonne, tu es réfléchie, tu as un chéri qui t’aime. Alors profite et trouve toi vite ton masque, c’est bientôt carnaval donc tu devrais trouver.

    Bizz,
    Dabbeliou, boy follower

    Reply
  3. Clara
    9 années ago

    Etre forte c’est quelque chose qu’on voit tous différament…
    Certains croire que la force c’es de ne jamais se plaindre, d’autres de ne pas se laisser affecter par les mauvaises choses,…
    Je ne sais pas ce que ça veut dire pour moi… Aller mal mais vouloir vivre malgré tout, continuer à chercher le goût à la vie et à aider les gens je crois.
    Je n’estime pas être forte mais pas faible non.
    Je suis quelqu’un de sensible et susceptible, cette societé m’affecte beaucoup… L’égoisme, la haine, la méchanceté gratuite, la course pour l’argent et la reconnaissance, la compétition, l’image, le travail,…
    Les humains sont considerés comme des machines, des investissements, des robotos, des objets,… par leurs employeurs et ça m’écoeure!
    Je trouve que le contact humain est super important!
    L’hiver n’aide pas pour le moral… Je suis aussi dans une période pas joyeuse, en plus j’ai été coincée 3 semaines chez moi la jambe dans le plâtre! Je suis perdue par rapport à ce que je vais faire cette année, en froid avec des « amies »,…

    Reply
  4. BA
    9 années ago

    Je n’aurais pas mieux exprimé ce qui a été une période de ma vie ! Trouver le bon masque, et maintenant je suis enfin arrivée à un certain équilibre, je n’ai plus de masque, certes, ce n’est pas facile tous les jours, mais je m’accepte telle que je suis, plus ou moins sans complaisance, ça dépend des jours ! bises

    Reply
  5. clara
    9 années ago

    mes conseils qui valent ce qu’ils valent: se forcer à bien manger, bien dormir, ne pas écouter la voix dans la tête qui raconte des choses sur soi (elle dit quasiment tout le temps des grosses conneries celle-là!) et des fois rien qu’avec ça on va mieux!
    Bisous et bon courage

    Reply
  6. Vanessa
    9 années ago

    Te dire que je comprends… Pas sure que ca t’aide vraiment.
    Ja vais juste t’envoyer un calin, parce que ca parfois ca peut aider a trouver la force (si Madame !). :-)

    Reply
  7. Ninie Pouce
    9 années ago

    On arrête pas de me la sortir cette phrase. J’ai souvent envie de répondre que j’ai envie de m’écrouler comme une poupée de chiffon et de dormir très longtemps mais, est-ce que ça servira à quelque chose ? A la place, je suis forte. Et ça fait un peu chier.

    Reply
  8. AmeliMelo
    9 années ago

    Moi aussi j’ai toujours eu cette image de fille « forte », du coup je m’en suis convaincue et j’ai surmonté avec ma carapace la mort de mon papa, la perte de mon bb … j’étais happy car même si pas elle n’est pas super fashion, ma carapace marchait bien jusqu’au jour où … paf dans la gueule…dépression qu’il a dit le doc ! depuis j’ai viré mon armure, je suis moins pudique (la preuve ici je parle) et on xanax et moi on va mieux ^^

    faut laisser couler, pisser, pleurer … et après comme une balle on rebondit !

    (biais ma belle et si besoin … suis là)

    Reply
  9. Sarah
    9 années ago

    @Clara : « L’égoisme, la haine, la méchanceté gratuite, la course pour l’argent et la reconnaissance, la compétition, l’image, le travail,…
    Les humains sont considerés comme des machines, des investissements, des robotos, des objets,… par leurs employeurs et ça m’écoeure!
    Je trouve que le contact humain est super important! »

    Bravo tu as tout dit ! Rien à rajouter de mon côté si ce n’est que cette société me dégoûte et me donne envie de vomir !!

    Reply
  10. Audrey V
    9 années ago

    Peut être que çà serait vraiment très fort pour le coup de ne pas rechercher un masque et de se laisser aller de temps en temps…pas ici hein, on n’est pas dans confession intime ;) j’espère que tu le fais avec tes proches en tout cas. Bon courage, bise.

    Reply
  11. Clem
    9 années ago

    Hello,
    Je suis passée par ce type de phase (ca a duré 5 ans tout de même) (je n’en que 26….) mais quand tu en sors, tu es grandi et gère plus facilement la « vie ». Et qu’importe qu’on te considère forte ou pas.

    Bon courage à toi!

    Reply
  12. mimi d'avril
    9 années ago

    Tu ne serais pas en train d’avoir 30 ans par hasard?

    Reply
  13. Anna
    9 années ago

    Merci mes chatons pour vos gentils mots, ça regonfle le moral tout ça ! MERCI <3

    Reply

Répondre à Dabbeliou Annuler votre réponse