Dans Voyages

Bangkok

carte-thailande

Je ne vais pas t’embêter longtemps avec mes vacances à rallonge, mais je ne peux pas m’absenter un mois, voir des choses aussi fabuleuses et ne pas prendre le temps de t’en toucher quelques mots.

Bien que notre séjour n’était pas vraiment organisé et qu’on avait décidé de se laisser porter par notre feeling, nous voulions quand même passer du temps à Bangkok, Koh Samui, Krabi et Phuket. Nous avons donc passé nos premiers et derniers jours à Bangkok, une ville formidable et en même temps très étonnante.

DSC_0020

Après 20 heures de voyage, je foule enfin la terre thaï. J’attendais ce moment depuis tellement longtemps que je n’ai même pas eu envie de me coucher malgré le jet lag assassin. La première impression que nous avons eu, c’est que la Thaïlande est loin d’être un pays dominé par la pauvreté ou en retard économiquement. L’aéroport est une tuerie. Certes, il n’a que 4 ans, mais il est à l’image de l’Asie moderne, celle qui a tout compris à notre époque ! Dehors, toutes les voitures sont récentes, aucune d’entre elles n’a plus de 10 ans. Elles sont là par milliers, toutes ces Toyota et Honda flambant neuves. La ville grouille, on a l’impression que les thaï ne s’arrêtent jamais. Et puis il n’y a pas ou très peu de mendicité. J’imagine pourtant que beaucoup d’entre eux sont pauvres, mais ça ne se remarque nulle part dans le pays.

Bangkok est une ville immense. Derrière la vitre de notre taxi qui nous emmène à notre hôtel, on ne sait pas vraiment où commence la ville tellement tout est démesuré. On voit des grues par centaines, des tours qui poussent comme des champignons, partout. On ressent tout de suite que c’est une ville en plein essor et qui émerge. Le moderne côtoie l’ancien avec une grâce assez particulière. Les maisons en tôle et en bois font partie du décor, les grands immeubles intégralement vitrés et climatisés eux, s’y fondent parfaitement. Nous sommes marqués par ce voile de pollution. On décèle quelques rayons de soleil qui ont du mal à percer cette couche épaisse grise. Une des premières choses qui me manque, c’est l’air frais. Déjà qu’il fait chaud et humide (la saison des pluies met un peu de temps à terminer cette année), je n’ai qu’une envie : respirer à plein poumons !

Nous résidons dans un hôtel de Khaosan Road, quartier du centre historique de la capitale. C’est aussi là que l’on trouve le plus de touristes au mètre carré et de baba-cool européens ayant décidé de vivre en Thaïlande. Bizarrement, nous nous y sentons bien, peut-être parce qu’il nous rappelle notre quartier animé de Paris. Tout y est ouvert même la nuit, la fête est omniprésente, les marchés de nuit y ont élu domicile, ça grouille de partout, ça danse, ça chante …

CIMG0922

Les jours sont doux et paisibles. Nous en prenons plein les yeux à chaque croisement de rue : les temples, le palais royal, les centres commerciaux, le quartier chinois, la vieille ville, les marchés flottants, la ville trendy, …

CIMG1408

DSC_0087

DSC_0053

DSC_0068

DSC_0088

Par contre, excusez-moi du peu mais ceux qui m’avaient dit que je pourrais refaire ma garde-robe là-bas, comment dire … c’est pas franchement mon style. C’est-à-dire que j’habite à côté de Belleville à la base, donc les robes à 10 € faites par les chinois, je connais déjà ! Et puis malgré leurs usines de fabrication sur place, Zara et Topshop sont bien plus chers qu’en France et il n’y a même pas un H&M à se mettre sous la dent ! Bref, à part 3 t-shirts, 2 robes de plage et une paire de tongs, je n’ai pas fait de folie shopping …

Il est plus que compliqué de vous résumer tout ce que j’ai vu et tout ce que j’ai ressenti en quelques lignes. Mais la chose à retenir, c’est que Bangkok est une ville surprenante et malgré tout assez agréable. Oh, je n’irais pas y vivre pour autant, mais il me tarde quand même d’y retourner un jour.

Share Tweet Pin It +1

You may also like

Les temples de Bangkok

Posted on 22 août 2013

Lumphini park

Posted on 18 août 2013

Balade sur les klongs

Posted on 12 août 2013

Previous PostLet's make love
Next PostMes indispensables, deuxième

6 commentaires

  1. Jube
    9 années ago

    C’est jamais facile de retranscrire toutes les émotions ressenties lors d’un voyage.
    A la fois on aimerait crier au monde tout ce qu’on a vu ou fait ou vécu et à la fois c’est tellement personnel limite intime…c’est un ressenti pas évident à expliquer.
    Mais ça n’empêche pas d’aimer lire ce que tu en racontes :)

    Reply
  2. pat'
    9 années ago

    merci de nous faire partager ton avis, ca a l’air chouette a en croire ce que tu ecris!

    Reply
  3. Miss Giny / Au Pays des Merveilles
    9 années ago

    J’imagine que ça ne doit pas être facile à résumer un tel voyage. Toujours est il que c’est sympa de lire ton récit (t’es sérieuse dis donc !!)
    Et sinon, ça va mieux ton pied ?

    Reply
  4. Anna
    9 années ago

    Jube > merci ma poule, ça me rassure

    Pat’ > c’est génial !

    Miss Giny > c’est clair que je suis archi sérieuse, c’est ouf ! Pour le pied, j’te dis pas, c’est trop moche ;)

    Reply
  5. Faustine
    9 années ago

    J’ai hâte d’y aller … Quant à H&M, je te rassure, il n’y en a pas non plus à Singapour. Je pense que les pays Asiatiques boudent cette enseigne.

    Reply
  6. Anna
    9 années ago

    Il y a en a foison en Chine ! Chienne de vie !

    Reply

Laisser un commentaire